Vous êtes dans : Accueil > Cadre de vie > Sécurité et prévention > Signal national d'alerte

Signal national d'alerte

Encore aujourd’hui, les différentes significations du signal national d’alerte sont peu connues et pourraient pourtant se révéler très utiles. Explication et retour sur l’histoire de la sirène sonore.

Depuis des siècles, l’alerte des populations est transmise par un signal sonore qui interrompt l’activité sociale, fonction longtemps remplie par le tocsin qui consistait jusque dans les années 1960 en une sonnerie de cloches à coups redoublés. A partir de 1948, c’est le Réseau National d’Alerte (RNA), qui a progressivement remplacé les clochers, qui assure la fonction d’alerte des populations. A la fin de la guerre froide, face au vieillissement du réseau et à la multiplicité des risques, l’alerte et les sirènes ont été repensées pour prendre en compte les nouvelles natures de risques. Au départ conçu comme un outil de réponse à la menace aérienne, le réseau, toujours géré par l’armée de l’air, est également utilisé pour prévenir la population d’un sinistre de sécurité civile, d’origine naturelle ou technologique (ouragan, tsunami, nuage toxique ou radioactif…).

Les signaux actuels sont définis par l'arrêté du 23 mars 2007 relatif aux caractéristiques techniques du signal national d’alerte. En cas de danger, ce signal (qui ne doit pas être confondu avec le signal d'essai d'une minute seulement, diffusé à midi le premier mercredi de chaque mois) consiste en trois cycles successifs d'une durée d'1 minute et 41 secondes chacun et séparés par un intervalle de 5 secondes et d'un son modulé en fréquence.

Ce qu'il faut faire

Lorsque le signal d'alerte retentit, les personnes sont invitées :

  • à se confiner dans l'endroit clos le plus proche (domicile, lieu public, entreprise, école...) en colmatant les ouvertures, en coupant les ventilations, climatiseurs et chauffages et en restant loin des fenêtres ;
  • à s'abstenir de faire des flammes, de fumer, d'ouvrir les fenêtres ;
  • à s'abstenir de téléphoner (ni téléphone fixe, ni téléphone mobile) sauf détresse vitale, afin de laisser les lignes libres pour les secours ;
  • s'informer par les médias : télévision et radios locales, ou bien France Info , ou encore France Inter .
  • Réagir en cas d'alerte
  • Reconnaître le signal national d'alerte
  • Historique de l'alerte