Vous êtes dans : Accueil > Ville > Histoire / Présentation de Franconville > Franconville d’hier à Aujourd’hui > Hier ...

Hier ...

Le blason

Le 15 octobre 1964, les armoiries définitivement adoptées sont celles retenues par la Direction des Archives de France pour figurer sur les documents officiels de la ville.

" Tiercé en bande, au premier d’azur semé de lys d’or, au deuxième d’argent à la francisque de sable posée dans le sens de la bande, au troisième de gueules à trois arbres d’or mouvant de la point ".
" Ornements extérieurs : l’écu timbré de la couronne murale à trois tours crénelées d’or, maçonnée et ouverte de sable est soutenu par deux branches de noyer, tigées, feuillées et fruitées d’or, croisées en pointe en sautoir et liées du même ".

Explication :
L’azur semé de lys d’or indique l’appartenance à l’Ile-de-France. La francisque est l’arme des francs qui ont donné leur nom à la ville.
Les arbres d’argent évoquent la garenne et les branches de noyer les forêts qui couvraient le territoire.

Un peu d'histoire

Le premier document faisant mention de Franconville date de 1137 dans les œuvres de l’Abbé Suger, sous le nom de Franconville (village des Francs). En ce début du XIIème siècle, Franconville s’est déjà développée grâce à une route fréquentée par laquelle transitent des marchandises. Des familles d’agriculteurs se sont installées là où se trouvent maintenant les rues de Cormeilles et Gabriel Bertin. C’est là, le berceau de l’agglomération.

Dès 1229, des documents précisent la création d’une maladrerie (ou léproserie) qui accueille les soldats ramenés des croisades et infestés de la lèpre.
En 1290, le roi Philippe le Bel autorise Mathieu de Montmorency, à vendre les droits de garenne et de chasse à ses vassaux.
Une pièce de 1558 mentionne que Jacques Bateste, qui avait fait construire l’église au 12ème siècle, avait droit, en tant que fondateur et patron, aux chandelles et offrandes apportées à l’église certains jours de fête et partiellement, à la Sainte Madeleine.

C’est au XVIème siècle que s’est réellement développée la ville. Des familles se sont fixées définitivement. L’agriculture se développe. Les grands axes de communication se confirment : le trafic s’y intensifie et des hôtelleries s’implantent.

Les premières minutes notariales et registres de paroisse datent de 1581.
Premier baptême : 16 mai 1588.
Premier mariage : 17 janvier 1588.

L'ancêtre de la police municipale

En février 1789, un brigadier, puis deux, et quatre cavaliers sont nommés sous l’autorité du Maréchal des Logis. Tous logent dans une maison en location appelée caserne. Ils assurent le bon ordre dans la commune pendant que les gendarmes veillent à la sécurité dans la région.

Naissance du social

Franconville peut être fière d’être parmi les premières paroisses à s’être occupées d’œuvres de charité : secours aux malades, aides aux personnes complètement démunies (1636).

L'administration départementale

Le 4 mars 1790, l’assemblée constituante créée par décret le département de la Seine et Oise. Il est divisé en 9 districts et 35 cantons (renouvelables par moitié tous les deux ans).

Le département du Val d’Oise naît officiellement le 4 octobre 1967. Issu de l’éclatement de l’ancienne Seine-et-Oise, qui englobait alors la plus grande partie de l’Ile-de-France, le Val d’Oise était, à sa création, le département le plus pauvre de la Région Parisienne. A peine installé dans des bâtiments provisoires en rase campagne, sur les hauteurs de Pontoise, le premier Conseil Général du Val d’Oise a dû s’attaquer, avec une âme de pionnier, à un immense chantier : tout était à faire, à construire. En une trentaine d’années, le Val d’Oise a changé de visage. Il figure aujourd’hui parmi les départements les plus dymaniques.

Histoire des communes

Sans en avoir porté le nom, l’Assemblée Municipale de 1787 est en réalité la première municipalité de Franconville. Elle est composée de 9 membres et d’un syndic. L’élection a lieu le 12 août à la sortie des vêpres. Pierre-Antoine Bertin, aubergiste, est élu syndic.
Le décret du 14 décembre 1789 fixe la nouvelle organisation municipale qui comprend un Maire et des officiers municipaux . Il lui est adjoint, un certain nombre de notables. Le tout forme le Conseil Général de la commune.

Pour 1025 habitants, Franconville doit avoir un Maire, 5 officiers municipaux et 12 notables. 30 maires ont été élus à Franconville de 1787 à 1983. Francis Delattre est le 31ème Maire. Elu une première fois en 1983, réélu en 1989 puis en 1995, 2001,2008. Il est réélu maire en 2014. De 1986 à 2007 il fut Député du Val-d'Oise. Depuis 2011 Francis Delattre est Sénateur du Val-d'Oise.

La révolution et ses conséquences

La ville change de nom, le 13 octobre 1793. Elle est dénommée Franconville-La-Libre. Les noms de lieux ont été mis au goût du jour : le parc Cadet de Vaux devient l’enclos des Républicains, le hameau de Saint-Marc devient Marc tout court.

Dans l’état-civil, ont trouve quelque prénoms républicains : Déesse-Liberté, Auguste-Tell, Françoise-Justice
Sous l’Empire, la guerre est pratiquement permanente. Cependant, des fêtes sont célébrées aux dates officielles : le 15 août devient la Saint-Napoléon, le 2 décembre sera l’anniversaire du Sacre.

La construction du chemin de fer

L’événement capital est la construction du chemin de fer. Le projet définitif est déposé par les ingénieurs le 6 février 1841. En 1842, les travaux démarrent. Après de nombreuses difficultés, le 18 janvier 1845, un premier train “d’essai” part de la Gare du Nord à 9 h 30 pour Clermont-sur-Oise et rentre dans l’après-midi vers 17 h 30 à une vitesse de 20 à 30 Km/h selon les portions du trajet.

Travaux d'embellissement

Le charme de Franconville attire les notables. Dès le début du XVIIIème siècle, ce joli village, est considéré comme l’un des plus beaux sites de la Vallée de Montmorency et devient un lieu recherché des parisiens. Franconville est proche de la capitale (environ 2 heures de trajet à l’époque). Plusieurs belles demeures, dites de campagne, en sont les témoins. Certains notables s’y installent définitivement. Les eaux des nombreuses sources sont utilisées pour alimenter des bassins dans les propriétés.

Des propriétaires célèbres se succèdent à Franconville, comme : la famille La Crosnière, bienfaitrice de la population, Jean Dominique Cassini, célèbre astronome et fondateur de l’Observatoire de Paris et Hippolyte Philibert Passy, trois fois Ministre des Finances et Ministre du Commerce. Un autre personnage important y multiplie visites et séjours : il s’agit de Benjamin Franklin, homme d’état et diplomate.