Camille et Julie Berthollet

Musiciennes depuis leur plus jeune âge, Camille et Julie Berthollet revisitent aujourd’hui la musique classique s’inspirant de leurs influences. Les deux sœurs prodiges se produiront sur la scène de l’Espace Saint-Exupéry le vendredi 1er octobre, à 21h.

À travers votre album Nos 4 saisons, vous rendez hommage à Antonio Vivaldi. Pourquoi avoir choisi son œuvre ?

« C’est un album qu’on avait envie de faire depuis longtemps, parce que c’est ce qui nous a fait découvrir la musique vers nos 2 et 3 ans et ça nous a marquées toutes les deux. On souhaitait enregistrer ces titres qui ont été repris déjà des centaines de fois en proposant quelque chose de nouveau et qui nous ressemble. C’est pour ça qu’on a attendu d’avoir un peu plus de maturité avant de se lancer dans ce projet. Nous avons voulu faire le pont entre la pop qu’on adore et la musique classique, notre premier bébé. »

Le fait de reprendre des compositions de renommée internationale ne met-il pas une certaine pression ?

« Que l’artiste dont on reprend les titres soit connu ou pas, on se met la même pression et on essaie d’être toujours à la hauteur dans nos interprétations. Ce qui est important aussi est de faire quelque chose qui nous plaise et que notre travail nous parle encore dans vingt ans. Les 4 saisons de Vivaldi sont intemporelles donc le challenge est que notre version le soit tout autant. »

Qu’est-ce qui vous inspire dans son œuvre ?

« Ce qui est incroyable c’est que les airs qu’il a utilisés autrefois, on les retrouve aujourd’hui un peu partout. Il a posé les bases d’une partie de la musique. Et puis, c’était un grand violoniste et il a énormément écrit pour de jeunes musiciennes donc on a trouvé ça bien de lui rendre la pareille, en quelque sorte, en reprenant ses morceaux. »

Réinventer la musique classique selon vous, cela passe-t-il nécessairement par les inspirations du passé ajoutées à d’autres plus contemporaines ?

« En effet, on aime bien s’inspirer de la musique qu’on écoute qu’elle soit ancienne ou actuelle. Ça va de la musique classique au jazz en passant par la chanson française et les musiques plus actuelles. Quoi qu’il en soit, on ne se met pas de barrières au niveau de l’inspiration, ça dépend des jours et de ce que l’on écoute. »

 

Qu’est-ce qu’apportent selon vous des collaborations avec des artistes comme Shaka Ponk ou Thomas Dutronc ?

« Ce qui est beau, c’est que ce sont avant tout des rencontres humaines. Ce sont des moments magiques. On adore faire le grand écart entre des univers qui diffèrent du nôtre et ces collaborations nous ont énormément apporté. Et puis, c’est ce qui permet à tout musicien de se renouveler. »

Démarches
en ligne
Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×