Incivilités : respectons-nous les uns les autres

Les incivilités sont multiples et peuvent vite devenir très envahissantes. En communauté, il faut veiller à restreindre ses libertés pour ne pas empiéter sur celle de son voisin, l’intérêt collectif primant sur l’intérêt individuel. Et rien ne résume mieux ce précepte que le proverbe français « la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres »…

Il faut savoir qu’un tapage peut être constaté à toute heure de la journée ou de la nuit et ne concerne pas uniquement les propriétaires et locataires immobiliers. En effet, qu’il soit à l’arrêt ou en circulation, un automobiliste peut également être verbalisé si un trouble sonore est constaté par les forces de l’ordre. Les nuisances sonores peuvent en effet être subies sous différentes formes comme la musique écoutée trop forte, un pot d’échappement défectueux, l’usage non-justifié de l’avertisseur sonore, les aboiements et bruits de basse-cour intempestifs ou encore la tonte du gazon en dehors des horaires fixés par l’arrêté municipal.

Rappel sur les horaires de tonte ou de bricolage bruyant. Interdits les dimanches et jours fériés, ils sont autorisés de 8h30 à 12h et de 14h30 à 19h30 les jours ouvrables et de 9h à 12h et de 16h à 19h les samedis.

Pour des raisons sanitaires et afin d’éviter la prolifération des nuisibles tels que les rats ou encore les pigeons, le jet de nourriture aux animaux sauvages est interdit. De plus, contrairement aux croyances donner du pain aux oiseaux se révèle très néfaste pour leur santé. « Ce sont des herbivores, leur système digestif n’est pas adapté aux farines, au sel, au gluten et au sucre. La ville a installé des affiches afin de sensibiliser les Franconvillois à ces dangers », rappelle Nadine Sense. De plus, le pain non consommé finit généralement dans la gueule des rats qui se multiplient alors en conséquence !

 INFOS +

Déchets, le combat continue !

Dépôts sauvages, mégots de cigarettes, papiers ou encore de canettes, déjections canines… Le nettoyage de la ville coûte 500 000 euros par an, l’équivalent du montant de la réfection d’une rue entière. « En étant tous vigilants, nous pouvons réduire cette dépense inutile et préserver notre cadre de vie », rappelle Nadine Sense. Depuis deux ans, la municipalité travaille en lien avec ses Conseils de quartier pour mettre en place des campagnes d’affiches de sensibilisation dans les rues franconvilloises afin d’endiguer ce problème pouvant être évité. Ce mois-ci, la série d’affiches disséminée en ville proposera deux nouvelles incivilités. D’autre part, un clip de sensibilisation réalisé avec les Conseils de quartier est à l’étude.

Démarches
en ligne
Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×