La sécurité est l’affaire de tous

Il est le garant d’un cadre de vie plus sécurisé. Retour sur le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance qui s’est tenu le vendredi 9 novembre en salle du Conseil municipal.

Trente personnes ont pris part au dernier Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) qui s’est déroulé le vendredi 9 novembre. Chaque année, cette séance plénière réunit les acteurs de la prévention et de la lutte contre la délinquance et permet de faire le bilan des avancées en la matière. Présidé par le Maire, le CLSPD est une instance de pilotage et de concertation entre institutions et organismes publics et privés qui permet d’affiner la stratégie mise en place pour améliorer le cadre de vie de la commune en identifiant les différents phénomènes d’insécurité dans les transports, les établissements scolaires et dans l’habitat social.

Concertation et unité

Ce dernier CLSPD a ainsi rassemblé la Vice-Procureur de la République au Parquet de Pontoise, la Commissaire de Police d’Ermont, les renseignements territoriaux, le Sous-Préfet d’Argenteuil, les bailleurs sociaux Domaxis, Batigère en IDF (ex SOVAL), Val-d’Oise Habitat, Erilia et Osica, les chefs d’établissements scolaires, les cars Lacroix, la Mission locale de Val Parisis ou encore les élus Patrick Boullé, Jean-Hubert Montout, Sandrine Le Moing et Monique Mavel-Maquenhem. Pour la première fois cette année, l’institution Jeanne-d’Arc y était représentée. « La sécurité est une priorité sur Franconville, c’est l’une des premières villes à avoir développé la vidéoprotection », a rappelé Patrick Boullé, maire-adjoint. Pour rappel, le parc vidéo de Franconville compte actuellement 39 caméras. « Cette réunion annuelle est nécessaire et je félicite Franconville, précurseur en matière de prévention de la délinquance, pour la collaboration qui s’y fait à tous les niveaux et pour l’image d’unité que cela renvoie », appuie Philippe Malizard, Sous-préfet d’Argenteuil.

Des mesures fortes

Depuis 2015, la ville a pris des mesures fortes pour anticiper les nouveaux phénomènes de délinquance et les endiguer : augmentation des effectifs (voir encadré), armement de la Police Municipale en catégorie B1, augmentation de l’amplitude horaire des patrouilles municipales, création de la brigade motorisée en mai 2017 puis de la brigade équestre en mai 2018, renforcement de la collaboration entre la Police Nationale et la Police Municipale. « Nous avons multiplié ces deux dernières années nos modes de déplacements pour améliorer la mobilité des agents dans le cadre de nos actions de prévention et également faciliter les interpellations, explique Patrick Boullé.

« Prévention, proximité et répression »

La brigade équestre, au-delà de pouvoir aller partout, est un vecteur de communication avec la population. Elle permet de lutter contre les atteintes aux biens et de renforcer la sécurité aux abords des groupes scolaires. Nous sommes une vraie police de proximité au quotidien et luttons contre tous les sentiments d’insécurité. Nos trois mots d’ordre à Franconville sont : prévention, proximité et répression. »

Depuis 2014, le nombre de cambriolages a baissé sur la circonscription. La brigade motorisée mise en place en 2017 a, par ailleurs, permis de mettre fin aux rodéos sauvages. Le chef de la Police Municipale a également annoncé le renouvellement complet du système de vidéoprotection. « Les caméras datent de 2011. Il est nécessaire que nous nous dotions de caméras dernière génération pour suivre au mieux les faits de délinquance. » En parallèle du CLSPD, la municipalité met régulièrement des groupes de travail en place afin de répondre aux attentes sécuritaires de chaque quartier et des différents partenaires. Des mesures ont également été prises dans les transports routiers (STIF-LACROIX) : médiation, actions de sensibilisation, contrôles/verbalisation de la fraude, prévention situationnelle. De même dans les transports ferroviaires (SNCF) : identification des groupes de perturbateurs, renforcement des opérations de contrôle par les différents services de police, mise en place d’un arrêté municipal anti-attroupement. Des actions de prévention sont proposées chaque année dans les écoles et les bailleurs sociaux travaillent en partenariat avec les services de Police et la Politique de la ville. Parce que, comme l’a souligné le maire, Xavier Melki : « La sécurité et la prévention de la délinquance relèvent de la responsabilité collective, c’est l’affaire de tous ».

Augmentation des effectifs :

En 2015 : 13 agents + 8 ASVP

En 2016 : 15 agents + 8 ASVP

En 2017 : 19 agents + 6 ASVP

En 2018 : 23 agents + 6 ASVP

Prévision 2019 : 25 agents + 6 ASVP

Le CSU inauguré

Le Centre de Supervision Urbain (CSU) qui avait été transféré administrativement vers l’agglomération Val Parisis en 2015 a déménagé le 23 novembre au niveau de l’ancien site d’Arline où siège également la Police Mutualisée intercommunale. Pour rappel, le parc vidéo de Franconville compte actuellement 39 caméras. Un renouvellement des caméras nomades a été opéré l’année dernière et le parc des caméras fixes sera progressivement remplacé afin d’acquérir peu à peu des caméras de dernière génération. En 2019, vingt caméras supplémentaires vont être installées et un réajustement d’implantation sera alors envisagé en fonction des retours d’expériences. Le CSU est unique sur le territoire et permettra le visionnage de l’ensemble des caméras déployées dans les quinze communes de Val Parisis. Au total, près de 400 caméras seront installées sur l’ensemble du périmètre d’ici 2019, réparties sur des sites déterminés au préalable avec les acteurs de la sécurité par exemple aux abords des gares, des établissements scolaires et des commerces, dans les centres villes et les quartiers sensibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Démarches
en ligne
Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×