Mathilda May, la comédienne qui communique sans parler

Le vendredi 19 janvier à 21h, Mathilda May sera sur la scène de l’Espace Saint-Exupéry pour présenter Make Up, une pièce qui restitue l’ambiance du car-loge maquillage/coiffure où techniciens et comédiens préparent un tournage. Comme à l’accoutumée l’autrice/metteuse en scène nous propose un spectacle sans parole, drôle, fascinant, excellement joué et surtout très bien orchestré.

 Quelle a été l’idée de départ pour créer Make Up ?

 « J’ai voulu parler d’un thème plutôt récurrent dans mes spectacles, la cohabitation forcée. Dans Make Up, c’est la cohabitation forcée dans un espace restreint puisque tous les personnages sont dans un car-loge installé en extérieur sur les tournages. »

Pourquoi avoir eu envie de montrer ce qui se passe dans un car-loge ?

« Il y a beaucoup de fantasmes autour du monde du cinéma et la réalité est finalement beaucoup moins glamour. C’est cet envers du décor que je voulais montrer. Il y a aussi les métiers de l’ombre comme coiffeur ou maquilleur qui sont des métiers difficiles, avec des horaires décalés et des cadences infernales. Je voulais leur rendre hommage. J’ai également souhaité mettre en avant la façon dont la hiérarchie est très exacerbée dans le monde du cinéma. Les puissants, les stars sont adulées alors que d’autres, comme les figurants souffrent cruellement de manque de considération. »

 Votre spectacle est sans parole et pourtant les personnages arrivent à communiquer, comment font-ils ?

« Dans tous mes spectacles le public est toujours surpris de tout comprendre ! Dans la réalité c’est la situation intelligible, l’intention, le geste et la musique qui rendent le tout compréhensible. L’absence de paroles incite le spectateur à davantage d’attention et d’observation. Cela rend aussi le spectacle vraiment accessible à tout le monde, les jeunes rient énormément et cela ouvre sur une communication directe, sans intellectualisation. »

 Vous jouez dans cette pièce, est-ce que c’est plus dur de jouer en ayant la parole ou sans parler ?

« Je trouve que c’est plus intéressant de jouer sans la parole. C’est un autre exercice, c’est particulier. Dans ma vie d’actrice j’ai joué dans plusieurs langues. Jouer sans paroles intelligibles revient à interpréter un rôle dans une autre langue. L’absence de mots donne également une valeur narrative majeure au moindre geste. Cela incite les comédiens à réfléchir pleinement à leurs mouvements, et le spectateur à la valeur signifiante du geste et du corps. »

Démarches
en ligne
Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×