Un centre de vaccination sûr et spacieux

Depuis un mois déjà, pour le plus grand soulagement de tous, un Centre de vaccination a ouvert ses portes au Centre des Sports et Loisirs (CSL), situé boulevard Rhin et Danube.

Le Centre de vaccination reste ouvert du mardi au samedi de 9h à 17h* et reçoit uniquement sur rendez-vous via Doctolib.fr ou sante.fr ou au 0800 009 110

selon les critères d’éligibilité à la vaccination définis par le Ministère de la Santé et les autorités sanitaires et en fonction de l’allocation de doses par l’Agence Régionale de Santé (ARS)

* Jours et horaires susceptibles d’être modifiés.

Trouver un lieu et un créneau de vaccination était jusque-là devenu pour beaucoup de Franconvillois un parcours du combattant. Lundi 29 mars, le centre de vaccination anti-COVID-19 de Franconville a accueilli ses premiers patients qui étaient pressés d’obtenir leur première injection du vaccin Pfizer. Corinne, 71 ans et Franconvilloise depuis un peu plus de vingt ans, a été la première habitante à avoir été vaccinée dans la grande salle du CSL. Elle est ressortie rassurée et ravie à l’idée de pouvoir bientôt reprendre une vie sociale normale. « C’est une bonne chose de faite, confie-t-elle après avoir reçu sa première injection. C’est ma fille qui a pris rendez-vous pour moi. C’est plus rassurant pour nos proches et je vais moins stresser lorsque je vais sortir dorénavant. Un an dans ces conditions, à fêter les anniversaires, Noël et le Jour de l’An sans les siens, c’était déjà trop. En plus, moi qui n’aime pas les piqûres, je n’ai rien senti et c’est allé très vite. »

Estelle – Coordinatrice du Centre de vaccination

Pour pouvoir mettre en place ce site dédié dans les meilleures conditions d’accueil qui soient et organiser scrupuleusement l’agenda des vaccinations pour les semaines et mois à venir, une grande partie des services municipaux et des élus se sont mobilisés. Un effort collectif nécessaire où chacun a son rôle pour permettre de lutter contre la propagation de l’épidémie dans le respect des mesures sanitaires transmises par l’Agence Régionale de Santé (ARS). « Ma mission a été de trouver les médecins libéraux et retraités ainsi que les infirmiers et les pharmaciens, ces derniers étant autorisés à faire les injections, explique Estelle, coordinatrice du centre. En parallèle, je me charge de faire le lien entre la mairie et l’ARS pour les commandes de vaccins. »

Chaque agent et chaque élu mobilisés pour assurer le bon fonctionnement du Centre de vaccination ont dû très rapidement se former avec les fiches techniques mis à disposition par l’ARS. « Il a fallu bien faire nos calculs et être organisés par rapport à la péremption des vaccins », ajoute la coordinatrice. En tout, dix agents municipaux se sont portés volontaires en plus du personnel médical (6 à 8 personnes) pour prendre part au projet, accueillir, renseigner, prendre la température de chaque inscrit et nettoyer régulièrement les tables et les chaises mises à la disposition du public.

Sonia – Référente administrative du Centre de vaccination

Régisseuse adjointe au Centre Municipal de Santé (CMS), Sonia a été désignée comme référente administrative du Centre de vaccination. Ses missions ? Elle gère l’agenda Doctolib afin de bien coordonner les vaccinations. « Je m’occupe également des stocks de matériel pour ne jamais être en rupture que ce soit du matériel de bureau ou d’équipement médical, de nettoyage ou de désinfection », indique-t-elle. D’autre part, Sonia forme les agents présents à l’accueil. Ils doivent renseigner informatiquement et au fur et à mesure tous les rendez-vous honorés. Au-delà de cette gestion et de cet accueil minutieux, « l’agenda des vaccinations doit être carré », déclare la référente administrative du centre de vaccination. « Je veille à ce que les deux rendez-vous soient pris et je gère les listes d’attente mises en place. S’il y a un désistement, il faut prévenir une autre personne éligible pour recevoir l’injection afin de prendre le créneau libre. Ceci pour ne pas perdre de temps et surtout qu’aucune dose du vaccin, qui a une durée de vie très limitée ne soit pas perdue. »

Camille – Référente médicale et paramédicale au Centre de vaccination

Le stock et la traçabilité des vaccins sont gérés par deux infirmiers. « Nous préparons les vaccins et procédons aux injections, précise Camille infirmière au Centre Municipal de Santé depuis 2019. En plus d’assurer l’approvisionnement en vaccins, nous nous occupons de l’inventaire du matériel médical et nous renseignons tous les soirs le nombre d’injections faites dans la journée. » Pour protéger un maximum les visiteurs et le personnel travaillant dans la structure, les rendez-vous sont enregistrés de manière échelonnée et un plan de circulation stricte a été pensé en amont pour respecter les mesures sanitaires en vigueur.

Le CSL a été choisi pour son accessibilité, sa capacité de stationnement, et sa surface s’étalant sur 1 500 m² rien que pour le rez-de-chaussée où a été aménagé le centre de vaccination. « Il y a trois phases dans cette épidémie, il y a eu la période des masques durant laquelle les maires et les collectivités locales ont dû s’organiser pour compenser le manque d’approvisionnement, de même lors de la phase des tests qui a suivie. La Région et le Département ont mis à disposition de nombreux moyens pour pouvoir rendre possible cette visibilité de la propagation du virus, rappelle Xavier Melki, régulièrement présent sur place depuis l’ouverture du centre. Et là, nous arrivons à la phase de la vaccination où nous sommes tous prêts. Mais ce sont les doses qui nous manquent. Nous sommes calibrés pour faire beaucoup plus que 600 injections par semaine. Nous avons un centre qui peut procéder à 1 000 doses selon moi. L’objectif est de répondre à la demande et de vacciner le plus de monde et le plus vite possible. »

Marion – Médecin référent au Centre de vaccination

En termes de surface, ce centre de vaccination est l’un des plus importants du Val-d’Oise. « Nous sommes ravis de pouvoir enfin vacciner, de protéger la population et de faire en sorte que ça aille mieux en agissant concrètement contre l’épidémie. C’est un gros travail d’équipe mais tout le monde y a mis du sien », souligne Marion médecin généraliste et coordinatrice du CMS. Le personnel médical est très prévenant concernant les modalités de la vaccination, les profils de chaque patient, les appréhensions des personnes venant recevoir leur injection mais aussi des effets secondaires éventuels du vaccin pouvant faire leur apparition. « Certaines personnes hésitent encore lors du rendez-vous. Nous sommes là pour les rassurer et leur donner toutes les informations concernant la vaccination. Nous veillons à être complètement transparents, explique encore le médecin. Si le patient reste indécis, je préfère remettre la vaccination à plus tard, pour lui laisser le temps pour réfléchir et d’être complètement serein au moment de sa vaccination. » Ainsi, les indécis ont la possibilité d’être réinscrits sur liste d’attente pour leur laisser le temps de peser le pour et le contre.

ANTHONY Anthony – Référent préparation des vaccins et du protocole sécurité

Lorsque les visiteurs inscrits se présentent à l’accueil, leur température est systématiquement prise par un bénévole ou un agent après que leur identité ait été vérifiée. Les personnes sont ensuite invitées à remplir un questionnaire avant d’être reçues par un médecin pour une pré-consultation. Celui-ci fait un point sur la situation médicale du patient, ses antécédents, ses allergies connues et les traitements en cours afin de veiller à ce que la vaccination puisse être réalisée sans risque. Les personnes sont ensuite redirigées vers un box équipé où un médecin procède à l’injection. Enfin, les vaccinés sont invités à s’asseoir quinze minutes avant de repartir avec une collation. « Je ne pensais pas que cela prendrait aussi peu de temps », se réjouit Corinne prête à revenir trois semaines plus tard pour la deuxième injection et être immunisée de la Covid-19.

Didier – Référent technique du Centre de vaccination

Ce travail d’équipe rendu possible par la précieuse implication de bénévoles dévoués a permis de faire vacciner plus de 600 personnes lors de la première semaine d’ouverture. Un résultat honorable mais que la ville souhaite voire augmenter. La deuxième semaine, ce sont 900 doses du vaccin Pfizer qui ont été administrées. Un rythme soutenu dans une ambiance rassurante, décontractante et même musicale. En effet, un piano a été installé dans l’espace de repos où se retrouvent les personnes vaccinées avant de repartir. Des musiciens bénévoles et les élèves du Conservatoire viennent y laisser libre court à leur créativité et égayer la fin de la consultation.

 

Démarches
en ligne
Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×