Un molière modernisé

Le vendredi 3 mai à 21h, l’Espace Saint-Exupéry accueille « Les Amoureux de Molière », un spectacle pop et pétillant, qui, comme son nom l’indique, propose une galerie de personnages hauts en couleur et déjantés qui servent une dizaine de scènes incontournables et drôlissimes de l’auteur, entrecoupées de standards de la chanson française. Rencontre avec les quatre comédiens de la troupe des « Mauvais élèves », qui mettent en scène et interprètent ce spectacle.

Après Marivaux, Shakespeare et les grands monologues du théâtre classique, pourquoi avez-vous choisi de vous attaquer à Molière ?

Elisa Benizio : On nous demandait régulièrement si le prochain spectacle serait autour de Molière, mais ce n’était pas forcément dans nos plans. Sauf que l’année 2022 marquait les 400 ans de sa naissance, et comme nous sommes en résidence à Versailles, le Maire, au moment de faire sa programmation du mois Molière, souhaitait qu’il y ait un maximum de pièces autour de l’auteur. Cela a été un élan pour nous.

Est-ce que vous utilisez le texte original, sans modification ?

Valérian Behar-Bonnet : Les textes de Molière sont la matière première du spectacle, mais au milieu des scènes nous ajoutons des chansons. Nous nous permettons aussi pas mal de sorties de route, des plages de liberté, qui sont parfois ponctuelles et spontanées en fonction des réactions du public. Par exemple, quand les spectateurs ne comprennent pas certains mots compliqués, on se permet d’en rire. Mais nous nous écartons du texte de Molière pour mieux y revenir.

Bérénice Coudy : Ces chansons font écho aux situations vécues par les personnages donc c’est un peu une mise en abyme un peu moderne de ce que vivent les personnages dans les situations de Molière.

Elisa Benizio : Ce sont les chansons qui viennent également moderniser le spectacle. Il s’agit de grands tubes utilisés dans des scènes qui étaient pertinentes. Nous chantons Eddy Mitchell, Johnny Hallyday, Michel Legrand…

Comment expliquez-vous, que plus de 350 ans après sa mort, les textes de Molière soient toujours d’actualité ?

Bérénice Coudy : Il y a une espèce d’intemporalité dans les thèmes, comme l’amour, le mariage, la trahison… Cela fait écho à nos vies quelle que soit l’époque.

Valérian Behar-Bonnet : Même dans les pièces en alexandrins, on comprend tout ce qui se passe, et cela nous parle énormément. Ses pièces sont très modernes. C’est une langue incroyable, avec beaucoup d’humour. C’est beau de voir à quel point les gens peuvent rire encore aux pièces de Molière aujourd’hui.

Pourquoi avoir choisi de ne pas avoir de décor ?

Antoine Richard : Dans tous nos spectacles, nous avons priorisé les costumes, qui sont d’une part plus facile à transporter quand on part en tournée, et, d’autre part, comme nous faisons souvent des medleys de scènes, les lieux changent, donc il est compliqué d’organiser des décors pour nos spectacles.

Valérian Behar-Bonnet : Ces contraintes matérielles de base se transforment en parti pris. Cette absence de décor fait beaucoup fonctionner l’imagination du spectateur. Nous sommes très imaginatifs sur les costumes, qui sont un peu notre seul décor.

Démarches
en ligne
Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×