La Santé et l’hygiène

Prolifération du frelon asiatique : une menace à contrer ensemble

Depuis trois ans, le frelon asiatique ou frelon à pattes jaunes, est de plus en plus présents sur notre territoire. La vigilance est de mise face à la prolifération de ce tueur d’abeilles et autres insectes.

Arrivé depuis 2004 en France à la suite de l’importation de poteries chinoises dans le Lot-et-Garonne, ce nuisible très invasif a vu sa population exploser dans tout l’Hexagone au mois d’avril dernier. Pour rappel, le Frelon asiatique, ou Vespa velutina, a été classé,  par arrêté ministériel fin 2012 au titre du code rural et de la pêche maritime, comme danger sanitaire de 2e catégorie pour l’abeille domestique, puis en espèce exotique envahissante début 2013 au titre du code de l’environnement.

Au-delà d’être un prédateur tueur d’insectes, notamment des abeilles, et de détruire leur savoureuse production, le frelon asiatique a un mode de reproduction et des besoins protéinés tels qu’il menace la chaine alimentaire autour de ses nids et nuit de cette façon plus largement à la biodiversité.

 

Un danger pour les abeilles et l’homme

En effet, en tuant les abeilles, il accélère la disparition de nos grandes pollinisatrices, celles-là même qui représentent 1/3 de notre alimentation. Comment le reconnaître ? Le frelon asiatique est un insecte marron à pattes jaunes avec des ailes brunes et des tâches orange sur la tête et l’abdomen. Bien qu’il paraisse imposant, il est en réalité plus petit que notre frelon familier, le vespa crabro. Pour être certain de ne pas les confondre, l’asiatique a un signe distinctif spécifique : il a le thorax brun noir et le quatrième segment est presque entièrement jaune orangé.

Si la disparition des abeilles n’est pas un fait nouveau avec le cocktail mortel qui leur ait servi tous les jours avec la vaporisation de pesticides sur nos champs, la prolifération du frelon asiatique, qui ne connait que la mésange comme prédateur (de moins en moins présente sur le territoire) accélère le génocide de l’apidé. Le frelon asiatique serait capable de dévaster une ruche en quelques heures.

 

Agir de toute urgence !

Contrairement au frelon européen qui ne pique qu’une seule fois, lorsqu’il se sent menacé, l’asiatique peut, à l’instar de la guêpe, si prendre à plusieurs reprises. Attention, ses piqures sont dangereuses dans le cas de piqures multiples, ou placées sur des muqueuses ou encore en cas d’allergie au venin des hyménoptères. Lorsqu’un nid est repéré, il s’agit de vite réagir car plus on attend, plus il est gros et haut perché, et plus l’intervention des agences de désinsectisation est difficile et coûteuse. « La destruction des nids primaires est essentielle car les nids sont bas, accessibles et visibles. Les nids secondaires sont quant à eux souvent situés dans les arbres à plus de 20 mètres de hauteur », explique Etienne Calais, président de la FROSAIF, Fédération Régionale des Organisations Sanitaires Apicoles d’Île de France. Par ailleurs, le frelon asiatique est une espèce diurne qui, contrairement au frelon européen, interrompt toute activité la nuit. C’est pour cette raison qu’il est nécessaire de détruire ses nids la nuit pour tuer efficacement ses colonies. Dès que vous en repérez un, faites aussitôt un signalement aux pompiers et prévenez le service communal d’hygiène et de santé SCHS au 01 39 32 66 71 ou envoyez un email à schs@ville-franconville.fr pour qu’il soit détruit immédiatement.

 

Démarches
en ligne
Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×